Le stress chez l’enfant & l’adolescent

 

Comme pour l’adulte, les sources de stress chez l’enfant ou chez l’adolescent sont multiples. La période de changement qu’ils vivent durant cette période est un facteur important. Viennent souvent se greffer aussi toutes les tensions liées à l’âge, à la famille, la société…

Les sources et origines du stress chez les jeunes entre 10 et 15 ans sont de différentes natures : Celles liées au développement physique et psychologique, la puberté et les modifications corporelles associées. Les symptômes ou signes à décoder sont : la pudeur, le désir d’intimité, la fatigue, la difficulté d’endormissement. Les maux de tête, maux de ventre,  troubles musculo-squelettiques. La peur, la nervosité, le changement d’humeur. Divers troubles de l’alimentation (anorexie, boulimie, perte d’appétit…)

Ses causes 

  • Le stress à l’école 

On parle souvent du stress inhérent à l’école. Ce sujet est important car le stress peut empêcher un enfant tout à fait intelligent de s’épanouir, de progresser et de réussir.

Dans le cas où l’état de stress est associé à un trouble d’apprentissage, il sera identifié en amont et nous ne saurions nous substituer à une thérapie préalablement engagée mais plutôt nous positionner en relais auxiliaire.

On note donc différentes causes de stress inhérentes à la formation : proximité d’un examen, partiel, concours… ou simplement l’entrée dans le secondaire, choix des études secondaires, rythmes scolaires, pression psychologique sur la réussite scolaire ou dans un autre registre, la relation école famille.

  • Le stress social 

Le stress peut être lié aux camarades : les relations amicales sont heureusement majoritaires mais peuvent aussi tendre vers des tensions, de l’hostilité, voire de l’agressivité, et parfois jusqu’au risque de racket…. Il y a aussi les relations avec les enseignants… Ressenti et absorption du stress de certains d’entre eux.

  • Le stress familial 

N’oublions pas les sources de stress en rapport avec la famille et ses éventuelles tensions. Les relations avec les parents et/ou les beaux-parents, trouver et affirmer sa place, les relations avec les frères et sœurs, comprendre et accepter son univers familial avec tous ses aléas qui peuvent passer par les difficultés conjugales ou les problèmes de précarité. C’est aussi avoir des points de repères : principes, valeurs… Espaces, grands-parents… Partager les éventuels problèmes de santé d’un membre de la famille. L’enfant ou l’adolescent peut aussi être influencé par le stress de ses parents. C’est un cercle vicieux. Ils sont angoissés, moins concentrés et moins attentifs en classe. Les résultats scolaires s’en ressentent, ce qui les stresse encore plus.

Nous savons que tout changement (ou toute nouveauté) est stressant : changement d’établissement scolaire, déménagement, retour de vacances…

Notons aussi les problèmes de stress en rapport avec l’image que l’adolescent a de lui, d’autant plus source de stress que cette image est souvent pensée inférieure à la réalité. S’y ajoutent les craintes propres au jugement d’autrui, les interrogations quant à son avenir, sa santé, sa réussite amoureuse…

  • Le stress contextuel 

Le stress peut aussi être en rapport avec le contexte national, l’avenir du pays (travail, place dans la société, sécurité), mais aussi avec le contexte international qu’il perçoit déjà parfaitement : risques de conflits, d’actes terroristes.

Rajoutons d’autres causes fréquentes de stress pour les plus jeunes : outre les tests scolaires, on note l’influence des médias, la pression de la société de consommation, le culte de la célébrité et des biens matériels, en plus de l’ambiance familiale et les éventuels conflits…

Ces quelques exemples nous montrent la variété des sources de stress chez l’enfant et l’adolescent. Il est donc important de ne pas en rajouter en leur transférant, par exemple, nos propres inquiétudes quant à leur réussite, à l’avenir.

Les effets du stress

  • Attitudes et comportements :

Lorsque le stress s’installe durablement on peut être confronté chez certains jeunes à des problèmes de comportement : agressivité chez le préadolescent ou l’adolescent ; perte de maitrise de soi ; crise de rage etc… Cela peut aller jusqu’aux troubles anxieux et troubles obsessionnel compulsifs plutôt d’ordre psychotiques que nous n’aborderons pas ici.

  • Dégradation de la relation parent-enfant

 Les comportements agressifs et les crises de rage, même intenses, peuvent survenir en l’absence d’un trouble psychiatrique précis. Les relations familiales tendues, souvent présentes depuis longtemps et exacerbées par un facteur de stress ou par l’entrée dans l’adolescence, sont souvent difficiles à évaluer. Elles prennent origine dans les histoires personnelles de chacun des parents, les représentations de l’enfant, son tempérament et les expériences précoces de la vie.

  • Les troubles du sommeil

Allant de simples parasomnies jusqu’aux terreurs nocturnes ou les cauchemars, le bruxisme, les éveils confusionnels ou le somnambulisme. Autres
conséquences plus ou moins liées, les somnolences diurnes excessives.

Un  enfant ou un adolescent qui souffre ne le manifeste pas toujours par des mots à son entourage adulte. C’est par son corps que ses tensions peuvent se manifester.

La sophrologie apporte une aide précieuse en permettant le relâchement des tensions corporelles.                    

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs "Nom", "Adresse de contact" et "Commentaire" sont obligatoires.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© Copyright Une Île Plus Loin 2017 - Mentions légales - Ce site a été réalisé par un Webmaster Professionnel